Prévention contre l’alcool, interview de Mireille Régis

Interview Prévention Psychologie

Prévention contre l’alcool, interview de Mireille Régis

Prévention contre l’alcool, interview de Mireille Régis

J’avais envie de proposer plus que des articles sur le blog de BetterMe.ch et ainsi donner la parole à des acteurs du milieu de la santé ainsi qu’à des personnes au parcours de vie atypique afin d’illustrer par des exemples vivants le développement personnel et les autres thématiques que j’aborde d’habitude.

Mireille Régis, cheffe de projet et psychologue pour le secteur de la prévention contre l’alcool de la Croix-Bleue romande a accepté de répondre à quelques-unes de mes questions:

Bonjour Mireille! Tu es active dans le milieu de la promotion de la santé, peux-tu nous présenter ton parcours et ton occupation actuelle?

Durant mes études en psychologie, j’ai eu l’occasion de faire des expériences en psychiatrie, puis dans le domaine de la prévention du tabac. Depuis l’obtention de mon Master en Psychologie clinique et de la santé, je travaille en tant que cheffe de projet à la Croix-Bleue romande, où je suis responsable de la prévention des risques de consommation excessive d’alcool. Parallèlement, j’ai une activité de psychologue indépendante.

Peux-tu nous donner en quelques mots ta vision de la promotion de la santé ?

Pour moi la promotion de la santé consiste à informer la population sur les bonnes pratiques associées à une meilleure santé. Il s’agit de responsabiliser les groupes et les individus en donnant des clés pour améliorer sa santé physique et psychologique de façon adaptée et simple.

Comment intègres-tu cette vision dans ta vie de tous les jours ?

Au quotidien, j’essaie de donner autour de moi des informations motivant à garder une bonne santé, et d’appliquer moi-même les recommandations en matière de sport, nutrition et prises de risques notamment liées aux substances.

Quelles ont été tes motivations à œuvrer dans ce domaine ?

J’avais envie de développer ma connaissance des bonnes pratiques à adopter pour avoir une vie saine et équilibrée, et de pouvoir améliorer la santé globale de groupes d’individus, ou populations-cibles comme on dit dans le jargon de la prévention.

Quels sont les projets en cours pour les temps à venir ?

Le secteur prévention de la Croix-Bleue romande sera présent dans de nombreux festivals en Suisse Romande, avec son stand de prévention et parfois un bar à cocktails sans alcool. Balélec, Baleinev, les girons romands et Paléo sont notamment les événements auxquels nous participons.

Parallèlement, je continue à donner des formations aux différents acteurs concernés par l’alcool ; à savoir les jeunes, les vendeurs d’alcool et les organisateurs de manifestations. Des achats-tests sont également en cours, afin de faire un état des lieux des ventes d’alcool aux mineurs dans certains cantons.

Finalement, je m’apprête à prendre part à une campagne de prévention axée sur la communication et les réseaux sociaux, afin de toucher les jeunes au quotidien. Comme tu le fais sur www.betterme.ch, il me parait adapté à la société actuelle d’utiliser la technologie pour faire passer des informations de promotion de la santé.

Quelles sont les difficultés auxquelles tu te heurtes dans la mise en place de campagnes de prévention ?

La prévention s’adresse particulièrement aux jeunes, d’ailleurs la population ciblée par la prévention à la Croix-Bleue romande a entre 14 et 25 ans. Or, un trait caractéristique de cette génération est la focalisation sur le moment présent, l’ici et maintenant, sans inquiétude de l’avenir. Etant donné que l’alcool et la cigarette ont des effets nocifs différés, il est parfois difficile de leur parler des conséquences à long terme sur la santé car les jeunes ne se sentent pas concernés.

Quelles seraient tes recommandations en matière de consommation d’alcool ?

Il est connu que les adolescents cherchent leurs limites en faisant toutes sortes d’expériences, ainsi je ne pense pas qu’un message trop strict et restrictif soit adapté à ce processus identitaire. Si la consommation d’alcool a lieu, elle doit être responsable et convenir à l’individu ainsi qu’à son entourage.

Aussi, il ne faut pas boire excessivement, pas trop régulièrement et pas trop vite. Il est important d’alterner sa consommation avec des boissons non-alcoolisées, et essentiel de ne pas prendre le volant après avoir bu.

De façon générale, je recommanderais de ne pas faire d’abus, qu’il s’agisse notamment d’alcool, de tabac, de sucre, de sel ou même de vitesse sur la route, et de pratiquer une activité physique régulière.

Où peut-on s’adresser si l’on veut parler de sa consommation ou obtenir quelconque information sur le sujet ?

La Croix-Bleue romande est située à Chavannes-Renens et accueille toute personne avec ses questionnements et problématiques liées à l’alcool. Il est possible de téléphoner pour avoir un renseignement ou prendre un rendez-vous au 021 633 44 33.

Pour une écoute attentive en tout anonymat, la ligne SOS alcool est disponible 24h/24 au 0848 805 005.

Tu as mentionné auparavant ton activité indépendante et m’avais parlé il y a quelque temps d’un projet de « Walk & Talk », est-ce que tu peux nous en parler un peu plus ?

Ce projet consiste en un accompagnement professionnel de qualité combinant différentes approches thérapeutiques, et bénéficiant des bienfaits de la marche à pied dans la nature.

Lors d’une séance de Walk & Talk, le client et son psychologue parlent en marchant côte à côte. C’est un concept qui me tient à cœur, tant par ma formation que par mon affection pour ma région, ainsi je suis très contente de pouvoir proposer cette alternative thérapeutique à toute personne intéressée.

Vous pouvez trouver davantage d’informations sur le site www.walk2talk.ch ou la page Facebook 

Ce site s’appelle BetterMe, que fais-tu pour devenir un peu meilleure chaque jour ?

J’essaie de faire ce qui me fait me sentir bien psychologiquement et physiquement : m’investir dans mon travail pour être accomplie professionnellement, parler à mes proches ou de nouvelles personnes pour me sentir entourée, satisfaire ma curiosité, manger ce qui me fait plaisir sans en abuser, relativiser et trouver des solutions aux problèmes pour me déstresser et parfois me réserver des moments privilégiés pour déconnecter, notamment en faisant une activité en plein air.

Pour être mis au courant des prochains interviews: joignez ma newsletter ou ma page Facebook!

Julien Borloz

Julien

Julien

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.