La Valorisation Comme Clé Pour Traiter Les Addictions

Coaching Estime de soi Psychologie Positive Solution-Focused

La Valorisation Comme Clé Pour Traiter Les Addictions

L’Approche Centrée Solution a été développée en 1970 par Steve de Shazer et Insoo Kim Berg à partir de la volonté d’apporter à des populations vulnérables l’aide la plus efficace possible en une ou deux séances. Travaillant moi-même avec des personnes souffrant de toxicomanie, je tente d’amener cette approche centrée sur les solutions, les ressources et les compétences dès que possible et ai décidé d’écrire cet article afin de montrer à quel point des petites interventions peuvent avoir des effets faramineux !

Vous souhaitez augmentez votre confiance en vous? Commandez mon ebook « Boostez Votre Confiance En Vous En 14 Jours » et obtenez un  programme de 14 fiches d’exercices dont l’efficacité a été prouvée scientifiquement par les recherches en psychologie de ces 20 dernières années pour 3,90 CHF seulement!

La valorisation, cette baguette magique que l’on oublie

Moins une personne a l’habitude d’être valorisée, plus le coaching centré solution sera puissant. C’est évidemment le cas des personnes souffrant d’addiction, qui depuis souvent des années, sont sujettes à des critiques et une dévalorisation constante de la part de la société, avec les effets catastrophiques sur l’estime de soi que l’on peut imaginer.

C’est pourquoi je m’efforce de ne faire ressortir que le positif de nos interactions. Un patient était paniqué à l’idée de passer un week-end à l’extérieur, se sentant vulnérable par rapport à ses envies de consommation. Plutôt que de le mettre face à ses « échecs » des dernières sorties, mon objectif fût de le faire réfléchir à tout ce qui avait fonctionné dans tous les petits moments où il avait réussi à ne pas consommer. Cela a permis de faire ressortir son cercle social comme étant un facteur de protection majeur, le rassurant ainsi sur ses capacités à se « protéger » des risques de la consommation au travers de ses amis et sa famille.

Chaque fois que j’ai une interaction avec ce patient, je vois son expression faciale se modifier lorsque je le valorise. Cela débute d’abord par une expression de surprise, puis cela se modifie en un sourire sincère lorsqu’il ressent que je suis authentique dans mes propos et que je vois réellement en lui les qualités que je lui énonce. Nous repartons à chaque fois les deux enrichis par cet échange.

Changer de perspective, la compétence clé

Il m’est également arrivé plusieurs fois d’avoir une personne venant m’annoncer qu’elle n’avait pas consommé sa substance de prédilection durant le week-end, bien qu’elle ait consommé d’autres produits pour compenser. On pourrait avoir tendance à chercher la raison de la consommation, parler du mal-être de la personne, « enfonçant » ainsi la personne dans ce qu’elle a fait de « faux ».

C’est à ce moment-là que je change de perspective et félicite la personne pour tous les petits moments où elle n’a pas consommé, où elle a réussi à consommer une autre substance que celle qu’elle préfère, etc. Le but de ceci n’est pas d’être hypocrite ou de se voiler la face, mais bien de faire réaliser à la personne tous les moments où elle progresse, où elle fait des choix et met des stratégies en place. Cette valorisation lui renvoie une image positive qu’elle ne voit souvent plus depuis longtemps et lui indique que parmi l’enfer du quotidien, elle sait se créer des « oasis » où ses ressources et compétences sont utilisées de manière spectaculaire.

Conclusion

Différentes méthodes et de nombreux modèles se confrontent dans le milieu du traitement des addictions et chacun d’entre-eux possède ses avantages et inconvénients. Cependant, peu importe le modèle théorique dans lequel on s’ancre, je reste persuadé que d’être focalisé sur les ressources, les compétences et les qualités de chacun permet d’amener la personne vers ses propres solutions. On constate souvent un « déclic » chez les personnes souffrant d’addiction, les faisant arrêter subitement après des décennies de combat contre le produit. Lorsque je garde en tête toutes les personnes dont j’ai vu le visage s’illuminer après une simple discussion, parfois même de seulement 5 minutes, cela ne fait que confirmer que la consommation est uniquement un symptôme d’un mal-être plus profond. Ce dernier ne peut évoluer qu’en passant par la valorisation, l’estime de soi, la reconnaissance et l’entraînement des compétences déjà en place ainsi que la réactivation des ressources de la personne.

Si vous souhaitez recevoir plus d’articles, inscrivez-vous à ma newsletter ou rejoignez ma page Facebook. Si vous êtes intéressé par un coaching avec moi-même, contactez-moi directement ici !

Julien Borloz

Julien

Julien

Laisser un commentaire